Campagnes de la Ligne Azur et de la FIDL : la lutte contre l’homophobie dans les établissements scolaires devient un enjeu pour tous.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2010

Le ministère a lancé sa nouvelle campagne d’affichage du dispositif Ligne Azur dans les collèges et les lycées, deux affiches et deux cents cartes mémos par établissement. Cette campagne résulte d’une consultation et d’un travail commun de plusieurs mois qui a porté ses fruits. L’Inter-LGBT se félicite d’avoir été associée à une action qui correspond, en grande partie, à ses revendications. D’une part, le nouveau visuel est beaucoup plus parlant pour les élèves. D’autre part, nous saluons une nouvelle fois le fait que cette campagne ait été étendue aux collèges par le ministère, répondant ainsi à une des revendications de l’Inter-LGBT pour qui la question de l’orientation sexuelle n’attend pas le lycée pour se poser. Elle en regrette toutefois la diffusion trop tardive dans le cours de l’année scolaire pour permettre un réel travail éducatif et espère que ce type d’action sera reconduit.

La nécessité de trouver des réponses à ses questions concernant son orientation sexuelle est essentielle à un âge ou se construit l’avenir. Différentes études institutionnelles insistent d’une part sur une sursuicidalité et un mal-être plus important chez les jeunes lesbiennes et les jeunes homos par rapport aux jeunes hétérosexuel-le-s du même âge et d’autre part des enquêtes menées par les associations LGBT ont montré les conséquences en termes de santé et de réussite scolaire de l’homophobie.

La campagne de la FIDL contre l’homophobie va dans le sens de ce que demande l’Inter-LGBT, à savoir la prise en compte de l’homophobie au même titre que les autres discriminations.

Pour l’Inter-LGBT, ces deux campagnes ne doivent pas faire oublier la nécessité pour l’Education nationale de prendre en charge elle même ces questions, en ne se contentant pas de renvoyer leur traitement aux associations. C’est pourquoi elle demande toujours une évolution des programmes et des manuels scolaires qui doivent aborder quand il est nécessaire les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre, ainsi qu’une meilleure formation des personnels.

L’Inter-LGBT maintient ses demandes quant aux questions relatives à l’identité de genre et à la transphobie. Elle rappelle que nous restons dans l’attente d’un groupe de travail auprès de la DGESCO qui permette la mise en œuvre d’outils concrets destinés aux élèves et aux personnels, à tous les niveaux du système scolaire.

Dans la même rubrique