Audience avec la Présidence de la République : à quand la liberté et l’égalité réelles ?

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 24 JUIN 2010

Le 26 juin 2010 aura lieu la Marche des fiertés lesbiennes, gais, bi et trans où plus de 80 associations, syndicats, partis politiques et établissements commerciaux, une cinquantaine de chars, des centaines de bénévoles et plus d’un demi-million de personnes sont attendues. Cette année encore, à côté de son aspect festif, la Marche se devra d’être aussi revendicative. Le mot d’ordre défini avec toutes les associations est : « Violences, discriminations. ASSEZ ! Liberté et Égalité, partout et toujours ».

L’Inter-LGBT poursuit son engagement en faveur de l’égalité des droits pour les LGBT, et s’adresse à la société tout entière pour mieux faire connaître le vécu des lesbiennes, des transsexuel-le-s, des bi et des homosexuels pour obtenir l’égalité sociale.

Reçue à la présidence de la République ce mercredi 23 juin 2010, l ’Inter-LGBT a rappelé sa volonté de participer aux concertations et projets gouvernementaux. Avec pour feuille de route les engagements de Nicolas Sarkozy, elle a tenu à souligner qu’aucun vrai projet législatif n’a été ouvert par le gouvernement depuis 2007. L’Inter-LGBT attend du président de la République que ses prochaines décisions viennent lever les ambiguïtés et exige qu’il accélère les réformes.

Malgré un maigre bilan sur les questions d’égalité des droits, l’Inter-LGBT a salué les différentes campagnes de lutte contre les discriminations (Ministère de l’éducation nationale, Ministère de la Santé, Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche…), tout comme les améliorations du Pacs (Loi TEPA en 2007, reconnaissance par la France des partenariats civils étrangers, ouverture du capital décès pour la fonction publique d’Etat).

Lors de cette rencontre, l’Inter LGBT a rappelé toutes les autres revendications portant sur l’égalité ne figurant pas dans l’agenda du président de la République (ouverture de la pension de réversion, signature du Pacs en mairie, naturalisation du conjoint Pacsé, droit à congé pour événements familiaux lors de l’enregistrement du pacs…) et a exprimé sa colère et son indignation quant à la mise à l’écart de l’avant projet de loi sur le statut du tiers, soulignant dès lors l’inertie gouvernementale.

Le gouvernement refuse le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe, refus exprimé par Nicolas SARKOZY pendant sa campagne pour les élections présidentielles, l’Inter-LGBT maintient la pression pour faire avancer les droits des LGBT jusqu’à l’égalité. Une prochaine rencontre avec la Présidence confirmera ou infirmera ses engagements pour l’égalité.

L’Inter-LGBT invite toutes et tous à rester mobilisé-e-s, afin que le débat public sur la lutte contre les discriminations et sur l’ouverture du mariage et de l’adoption reste ouvert.

Dans la même rubrique