VIH : L’urgence et la nécessité d’une politique de santé d’envergure.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 9 SEPTEMBRE 2010

Les associations de lutte contre le sida sonnent l’alerte depuis des années mais les moyens des politiques publiques liées au VIH continuent de baisser.

L’Inter-LGBT reste dans l’attente du plan national de lutte contre le sida depuis des mois. La Ministre de la santé, Roselyne Bachelot, devait annoncer en janvier 2010 les priorités des publics visés et des actions à mener, mais le plan quadriennal de lutte contre le sida 2009-2012 n’est toujours pas dévoilé en septembre 2010.

L’épidémie est « hors de contrôle » selon le dernier rapport mené par une équipe de chercheurs français dirigée par Stéphane Le Vu (Inserm, Paris) et Francis Barin (CHU Bretonneau, Tours). Ce rapport rejoint les précédentes études de l’INVS ou encore le Bulletin épidémiologique de 2009 qui rappellent que les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) sont plus touchés par la pandémie de Vih en France comme en Europe.

L’Inter-LGBT rappelle qu’elle exige plusieurs actions urgentes :

· Revenir à un haut niveau de campagne de prévention touchant toutes les populations affectées par le sida et les IST.

· Mettre en place des actions de communication en matière de prévention plus fréquentes et régulières, notamment à destination de ceux qui ne sont pas atteignables par les seuls réseaux associatifs ou commerciaux.

· Assurer la pérennité des actions de prévention en mettant fin à la dégradation de leur financement.

L’Inter-LGBT milite pour une société dans laquelle chacune/chacun puisse s’épanouir sans préjugé ni stigmatisation. Les discriminations vécues quotidiennement par les LGBT engendrent la mésestime de soi qui a pour conséquence de favoriser les comportements à risques. Le taux d’incidence au Vih dans la population HSH représente autant de signes de mal-être qui nécessitent des politiques publiques d’envergure.

Dans la même rubrique