Pacs, Pensions de réversion - Plus que 2 jours pour interpeler vos député-e-s et le gouvernement

MOBILISATION EN LIGNE (TERMINÉE)

JPEG

Déjà plus de 12 000 signatures depuis le 17 octobre !

Ci-dessous, la campagne de notre partenaire AllOut.org

Continuez à signer et à faire signer autour de vous !

ALLOUT : "Plus que 4 jours pour interpeler vos député-e-s et le gouvernement"

La semaine prochaine, le Parlement français va décider, ou non, de donner aux couples gays et lesbiens le droit à la pension de réversion : en cas de décès d’un des partenaires, ce droit permet au partenaire en vie de recevoir une partie de la retraite du partenaire décédé. Cette aide financière, précieuse pour les personnes les plus démunies, est aujourd’hui refusée aux couples homosexuels.

Alors que 63% des Français se disent favorables à l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe et à l’égalité des droits pour tous les couples, le débat est dominé par une minorité homophobe au point de vue rétrograde : une députée est allée jusqu’à comparer l’amour entre deux femmes ou deux hommes à des "unions avec des animaux".

Seul un élan massif venu des quatre coins de France pourra faire taire cette minorité, et pousser les député-e-s à voter la semaine prochaine pour l’amendement qui mettra un terme à cette discrimination. Signez cet appel dès maintenant et appelez vos ami-e-s à faire comme vous !

Nicolas Sarkozy avait promis durant sa campagne présidentielle en 2007 de mettre fin à cette discrimination4 : une promesse non tenue qui a poussé la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) à interpeller le gouvernement en 2010.

La semaine prochaine, les député-e-s ont une occasion unique pour faire avancer la France sur le chemin de l’égalité des droits : signez cet appel en indiquant votre code postal et l’Inter-LGBT remettra votre signature directement aux député-e-s et aux membres du gouvernement avant le vote. Nous avons encore 4 jours pour nous faire entendre !

Obtenir ce droit ne réglera pas la question de l’égalité, mais c’est un premier pas et une bonne opportunité pour rappeler à nos député-e-s et à la classe politique toute entière que nous sommes nombreux ** homos ou pas ** à vouloir d’une France où chacun est libre d’aimer librement, où toutes ces relations sont reconnues et jouissent des mêmes droits.

>>>> Pour signer, c’est ICI

Dans la même rubrique