1er décembre 2011 – journée mondiale de lutte contre le VIH/Sida - Une manifestation, des chiffres... maintenant, des actes !

COMMUNIQUE DU 1ER DECEMBRE 2011

Le constat épidémiologique de l’InVS doit nous alarmer avec entre autres repères :

- en matière de dépistage, seulement 5 millions de sérologies effectuées avec une découverte toujours trop tardive de séropositivité, qui diffère d’autant les traitements,

- la découverte de séropositivité est en augmentation chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), surtout pour les moins de 25 ans en métropole et hors Ile-de-France alors que l’on constate une stabilisation chez les hétérosexuels (évolution 2003-2009),

- les études montrent que la mesure actuelle d’exclusion permanente du don du sang pour les HSH est souvent détournée. Le déni de l’homosexualité, la possibilité de se faire automatiquement tester, ou la méconnaissance des risques VIH, nous interrogent sur la réalité du comportement des donneurs.

Institut de veille sanitaire (InVS) chiffres du VIH/sida en France publiés mardi 29 novembre 2011.

Pour de vrais moyens de prévention et pour la protection des malades.

Tant en matière de don du sang que de dépistage, il apparaît nettement que si les LGBT pouvaient assumer plus facilement leur orientation sexuelle ou leur identité de genre ils se sentiraient plus concernés par la prévention. Au-delà de la prévention VIH/Sida, il est urgent d’envisager la santé de manière globale et de faire de la lutte contre le mal-être des LGBT, particulièrement des jeunes, un élément central des politiques de santé publique.

L’Inter-LGBT milite pour une société dans laquelle chacune/chacun puisse s’épanouir sans préjugé ni stigmatisation. Les discriminations vécues quotidiennement par les LGBT engendrent la mésestime de soi qui a pour conséquence de favoriser les comportements à risques. Le taux d’incidence au VIH dans la population HSH représente autant de signes de mal-être qui et nécessitent des politiques publiques d’envergure.

L’Inter-LGBT rappelle qu’elle exige plusieurs actions urgentes :

- Revenir à un haut niveau de campagne de prévention touchant toutes les populations affectées par le sida et les IST en mettant fin à la dégradation de leur financement.

- Mettre en place des actions de communication en matière de prévention plus fréquentes et régulières, destinées notamment à ceux que les réseaux associatifs ou commerciaux n’atteignent pas.

- Les pouvoirs publics doivent s’engager dans une politique volontariste pour améliorer les conditions de vie des personnes séropositives, notamment en luttant activement contre les discriminations dont elles sont victimes dans leur quotidien, et tout particulièrement sur leur lieu de travail.

- Revenir sur les réformes du système sanitaire français qui éloignent de nombreux malades du système de santé

- Étudier les éventuelles interactions négatives des traitements contre le VIH avec les traitements de ré assignation de genre des personnes trans

- Assurer un financement international pour permettre un accès véritablement universel aux traitements et aux moyens de prévention partout dans le monde.

L’Inter-LGBT demande que le plan national de lutte contre le VIH/SIDA 2010/2014 donne vraiment lieu à un investissement dans la prévention auprès des LGBT notamment et dans les circonstances "sensibles" comme les milieux professionnels.

Dans la stratégie de l’ONUSIDA 2011-2015 le thème de la Journée mondiale du sida 2011 est « Objectif : zéro » (http://www.unaids.org). Pour l’Organisation Internationale du Travail la déclinaison est « Zéro nouvelle infection au VIH. Zéro discrimination. Zéro décès dû au sida. » et a comme nouvelle arme la "Recommandation 200 sur le VIH, le SIDA et le monde du travail" (http://www.ilo.org). Le Défenseur des droits a d’ailleurs rappelé dans une tribune parue aujourd’hui qu’il serait sensible à la volonté de protéger les droits des personnes séropositives en s’associant à l’OIT.

Jeudi 1er décembre : l’Inter-LGBT appelle à participer à la Marche inter-associative contre le sida, qui partira à 18h30 de la place de la Bastille. Nous défilerons dans un cortège commun avec AIDES, le Centre LGBT Paris-IDF et le Raac-Sida.

D’autre part, les associations membres de l’Inter-LGBT sont très mobilisées et mènent de nombreuses actions de prévention sur l’ensemble de la semaine : http://www.inter-lgbt.org/spip.php ?article1040

Contact presse : Nicolas Gougain, porte parole : 06 77 87 37 00, nicolas.gougain (at) inter-lgbt.org

Dans la même rubrique