Le 7 novembre 2020, une Marche des Fiertés… autrement !

Le rendez-vous est donné du 2 au 7 novembre 2020, pour une Marche des Fiertés autrement mêlant de multiples points de visibilité et des actions sur Internet. Puisque nous ne pouvons pas manifester dans les rues de Paris en un grand cortège, nous le démultiplierons. Ensemble, soyons visibles pour notre santé : “Santé bafouée : LGBTQI+ en danger !”. 

Il y a 4 mois, nous annoncions le report de la Marche des Fiertés LGBT+ de Paris/Île-de-France au 7 novembre 2020 en raison de la situation sanitaire. Il y a 4 mois, nous n’imaginions pas que cette crise sanitaire, mais aussi sociale, puisse s’être autant installée dans le quotidien et ait entrainé les personnes les plus fragiles vers davantage de précarité et de mise en danger.

Une Marche des Fiertés… autrement !

La pandémie de Covid-19 est toujours présente, elle impose des mesures sanitaires strictes et d’éviter tout risque. Une situation qui est donc inadaptée par l’ampleur du rassemblement qu’est la Marche des Fiertés dans sa forme “classique”. Nous ne négocions pas avec la sécurité du public, des militant·e·s et des bénévoles !

Face à cette responsabilité, nous devons aujourd’hui faire le choix de repenser notre manière de prendre la rue pour porter nos revendications. Cette année, nous n’appelons pas le public et les associations à défiler dans les rues. Cependant, l’Inter-LGBT et ses 60 associations membres invitent toutes celles et ceux qui le peuvent à se mobiliser autrement pendant une semaine de visibilité LGBTQI+ sous plusieurs formes. 

Puisqu’un seul rassemblement n’est pas possible, démultiplions-le. Ainsi, nous invitons les associations à s’inscrire pour prendre en charge chacune un lieu différent, spécifiquement identifié, de Paris et d’Île-de-France pour remplacer l’unique cortège de la Marche des Fiertés par de multiples lieux externes de visibilité. L’objectif étant de sensibiliser le public, d’alerter les pouvoirs publics et d’inscrire les sujets LGBTQI+ dans l’agenda politique pour faire progresser les droits des personnes LGBTQI+. Chaque association devra suivre un protocole sanitaire stricte qui leur sera transmis et pour lequel elles seront accompagnées. De plus, des street artistes prendront aussi en charge certains lieux pour visibiliser le mot d’ordre à leur manière.

Tout au long de cette semaine, des table-rondes seront diffusées en direct pour détailler et échanger autour de la thématique santé des personnes LGBTQI+. Par ailleurs, nous invitons tout un chacun à soutenir la Marche des Fiertés en accrochant à ses fenêtres, ses balcons, ses devantures commerciales, les drapeaux de la communauté LGBTQI+.

Santé bafouée : LGBTQI+ en danger !

Depuis le début de la crise épidémique de la Covid-19, la santé est plus que jamais au cœur des esprits de tou·te·s. Néanmoins, la santé est depuis bien longtemps l’une des principales préoccupations des personnes LGBTQI+ souvent oubliée des politiques et pourtant vitale, au sens premier du terme. C’est donc autour de cette thématique et du mot d’ordre « Santé bafouée : LGBTQI+ en danger » que la Marche des Fiertés Autrement sera consacrée. Elle permettra de mettre en lumière les différentes problématiques qui touchent spécifiquement les personnes LGBTQI+ en France comme dans le monde.

Le samedi 7 novembre, nous prendrons les rues et serons visibles pour parler de notre santé, pour réclamer un droit à un système de santé public à la hauteur de nos situations et de ses obligations. Il s’agit enfin de n’exclure personne face au droit aux soins, de prendre en compte à leur juste valeur les situations des minorités sexuelles et de toutes les identités de genre, de respecter nos corps, de répondre aux réels besoins de préventions et de réduction des risques, de mieux considérer les PVVIH (personne vivant avec le VIH) ou encore d’agir sur la santé mentale et le mal être des personnes LGBTQI+ les plus fragiles. Il s’agit également de remédier à des situations critiques notamment :

– les mutilations des enfants intersexes,

– le délai invraisemblable pour les personnes trans à accéder à des interventions médicales nécessaires et adaptées à leurs parcours de transition,

– les violences gynécologiques subies par les lesbiennes, les femmes pan et bies, et les personnes trans,

– les enjeux de santé liés à l’extension de la PMA à toutes les femmes,

– la situation sanitaire des personnes LGBTQI+ les plus fragilisées et précarisées, notamment certaines personnes migrantes et demandeuses d’asile.

En 2020, nous marcherons donc autrement pour agir urgemment pour la santé des personnes LGBTQI+ en danger dont la santé est oubliée, bafouée et dont cette absence d’action mène aux situations les plus graves.