Interdiction de la Belgrade Pride Parade 2011 La Serbie doit garantir la liberté de manifester pour les LGBT

COMMUNIQUE COMMUN - 1er Octobre 2011

INTER-LGBT (Marche des Fiertés LGBT Paris) / Lesbian and Gay Pride Lille / Lesbian and Gay Pride Lyon / Lesbian and Gay Pride Montpellier Languedoc Roussillon / Quazar (Lesbian and Gay Pride Angers) / Coordination InterPride France

Dimanche 2 octobre aurait dû avoir lieu la Belgrade Pride Parade (Marche des Fiertés LGBT). Cependant, 48h avant son déroulé nous apprenons que celle-ci a été interdite par les autorités pour raison de sécurité. Une fois encore dans cette région, l’extrême droite homophobe a remporté une victoire. Pour le gouvernement serbe, il est urgent d’agir.

Rappelons que le contexte régional est particulièrement lourd. Ainsi, cette année, en 2011, les participants à la marche LGBT de Split en Croatie se sont fait lourdement attaquer par des manifestants nationalistes d’extrême droite. La première marche LGBT de Podgorica au Monténégro, prévue en juin dernier a dû être annulée sous la menace de violences toujours de la part de groupes d’extrême droite.

L’année dernière, alors que les LGBT ont pu défiler pour la première fois à Belgrade, protégés par la police, 6000 hooligans d’extrême droite ont saccagé la ville, entraînant des centaines de blessés parmi les forces de l’ordre et des millions d’euros de dégâts.

Le degré de sécurité de la marche reflète le degré d’homophobie de la société et est un témoin de la peur et du sentiment d’insécurité des personnes LGBT en Serbie. Cette année, deux groupes d’extrême droite, Dveri et Obraz appellent à faire deux rassemblements "pacifiques" distincts, l’un pour "protéger les valeurs familiales", l’autre étant une marche de prière. D’autres groupes non identifiés menacent de mettre à sac Belgrade et d’autres villes du pays. La situation particulièrement préoccupante doit être prise au sérieux et bénéficier d’un vrai dispositif de protection.

Au cours de l’année 2011, les LGBT ont obtenu certaines avancées, notamment un premier procès contre des écrits homophobes, un premier politicien ose être ouvertement gay… mais cela reste grandement insuffisant.

C’est pourquoi l’Inter-LGBT, la LGP Lille, la LGP Lyon, la LGP Montpellier-LR, Quazar et la Coordination Interpride France demandent :

- Que les autorités serbes reviennent sur leur décision d’annuler la marche et veillent à ce que le droit à la liberté d’expression et de réunion des militants en faveur des droits des LGBT soit pleinement respecté pendant la Pride, notamment en fournissant une protection policière suffisante aux manifestants et organisateurs

- Une prise de position ferme du gouvernement serbe, non seulement contre les violences, mais également pour la Pride afin de lui donner une plus grande légitimité dans la société serbe

- Que tous les responsables de violences soient traduits devant les tribunaux, trop peu d’entre eux l’ont été l’année passée

- Que les revendications des organisations LGBT serbes soient enfin prises en compte à travers notamment le vote et l’application d’une loi protégeant les populations LGBT de toutes formes de violences et de discriminations

Par ailleurs, les associations signataires de ce communiqué, elles-mêmes organisatrices de Marches des Fiertés / Pride en France, tiennent à réaffirmer tout leur soutien aux organisateurs de la Belgrade Pride Parade.

Dans la même rubrique