Faire gagner l’égalité des droits c’est sanctionner et faire battre Nicolas Sarkozy - Second tour de l’élection présidentielle

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 25 AVRIL 2012

L’Inter-LGBT a réuni sa commission politique ce mardi 24 avril 2012 et prend acte des résultats du 1er tour de l’élection présidentielle. Le haut score historique de l’extrême droite et les dernières déclarations de Nicolas Sarkozy estimant que le FN était un parti républicain sont autant d’éléments qui nous ont poussé à réagir de manière exceptionnelle comme de nombreuses associations de défense des droits humains.

Notre objectif premier est de faire avancer les droits des personnes Lesbiennes, Gays, Bi, ou Trans (LGBT) et de lutter contre les discriminations à raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre. Si nous voulons respecter cet objectif, le seul vote crédible au second tour de l’élection présidentielle est le vote François Hollande. Ainsi, nous appelons toutes les personnes attachées à l’égalité républicaine à voter massivement en ce sens le 6 mai prochain.

Une démarche non partisane mais objective

Depuis le début de la campagne électorale, l’Inter-LGBT, organisation non partisane, a interpellé l’ensemble des partis politiques et les a notamment sollicités dans le cadre de la campagne "Egalité LGBT 2012". Les principaux candidats et leurs représentants ont pu s’exprimer sur les questions LGBT dans le cadre du Meeting pour l’Égalité le 31 mars dernier. Cette campagne aura révélé l’unanimité des candidats de gauche sur l’essentiel de nos revendications, une relative évolution du centre et, à l’inverse, une opposition très ferme de Nicolas Sarkozy concernant l’égalité des droits pour les personnes LGBT.

Nicolas Sarkozy met en avant son opposition aux droits des personnes LGBT

Nicolas Sarkozy a rappelé à plusieurs reprises que le mariage était l’union d’un homme et d’une femme ou encore que la famille était composé d’un père et d’une mère. Contrairement à 2007 il ne fait aucune annonce et ne fait preuve d’aucune ouverture durant toute sa campagne. Au delà des engagements non tenus, Nicolas Sarkozy utilise les questions LGBT (et son opposition à l’égalité des droits) dans sa campagne pour rassurer la frange la plus conservatrice de son électorat et amadouer les électeurs séduits par les thèses de Marine Le Pen au 1er tour. Nous nous interrogeons sur cette stratégie alors que la majorité de la population est désormais favorable à l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe.

François Hollande prend des engagements clairs en faveur de l’égalité des droits

A l’inverse, François Hollande s’est engagé à ouvrir le droit au mariage et à l’adoption aux couples de même sexe, à mettre en place des campagnes de lutte contre les LGBTphobies notamment au sein de l’éducation, à reconnaître la transphobie comme un motif légal de discriminations ainsi qu’à travailler sur la question du changement d’état civil des personnes Trans. Bien sûr, nos associations ne retrouvent pas toutes leurs revendications au sein des propositions du candidat mais il est évident que les questions LGBT sont portées de manières bien plus volontaristes par François Hollande que par Ségolène Royal en 2007.

Un vote d’exigence, parce que l’égalité n’attend plus !

En dehors du second tour de l’élection présidentielle de 2002, l’Inter-LGBT s’est toujours refusée à donner une consigne de vote. Aujourd’hui, l’élection présidentielle voit s’affronter non plus des partis mais deux personnes qui portent une idée radicalement différente de la République. Appeler à voter François Hollande au second tour de l’élection présidentielle n’est en rien un choix partisan ni un chèque en blanc signé au candidat. C’est une position objective pour notre organisation qui souhaite voir se réaliser l’égalité des droits pour les LGBT et qui s’inscrit dans la devise républicaine - Liberté, Égalité, Fraternité.

L’Inter-LGBT poursuit son action dans le cadre de la Campagne Egalité LGBT 2012. Mobilisée jusqu’au second tour des présidentielles, nous le resterons pour la campagne des élections législatives en interpellant à nouveau l’ensemble des partis politiques et à l’occasion des Lesbian and GayPride et Marches des Fiertés LGBT dont le mot d’ordre sera "2012 - l’égalité n’attend plus".

Contact presse : Nicolas Gougain, porte parole de l’Inter-LGBT, 06 77 87 37 00, nicolas.gougain (at) inter-lgbt.org

Dans la même rubrique